« Le Gardénia » - la féminité par essence...

« L’Amour sensuel ne peut se passer de la possession » J.J. Rousseau.

D’une intense sensualité, « Le Gardénia » est un parfum au sillage vibrant et velouté. Il éveille l’odorat d’une pointe d’écorce de Mandarine d’Italie suivie d’Essence d’Ylang-Ylang des Comores et d’Absolu de Fleurs d’Oranger, puis ouvre son cœur de Gardénia serti de Roses Bulgares, d’Absolu de Jasmin et de Concrète d’Iris.

Ce voluptueux bouquet repose tendrement sur un lit de Musc et d’Ambre gris capitonné d’Essence de Bois de Santal des Indes.

Pour ne rien perdre de cet élixir, et grâce à la noblesse de ses matières, « Le Gardénia » évolue et se bonifie au fil du temps pour atteindre la quintessence du parfum. Il est né pour servir sa maîtresse et saura de mieux en mieux rendre l’affection qu’elle lui portera. Ils devront se mériter mutuellement.

Quand ce couple sensuel se sera parfaitement apprivoisé, ils ne formeront plus qu’Un et vivront ainsi une parfaite Osmose.

ISABEY fût, pendant les années folles, une référence dans la parfumerie de luxe. Image du goût et des traditions françaises. Oublié durant 60 ans, ISABEY renaît aujourd’hui grâce à la société des Parfums Panouge.

Fondés en 1924, les Parfums ISABEY se sont distingués non seulement par la qualité de leurs créations, mais aussi par le raffinement de leurs luxueuses présentations.

L’aventure ISABEY voit le jour le 1er février 1924 sous la dénomination sociale « Société Parisienne d’Essences Rares & de Parfums ».

« Route d’Emeraude », « L’Ambre de Carthage », « Le Lys Noir », « Le Chypre Celtic », « Mon Seul Ami », « Le parfum d’Yvonne »,  ISABEY propose une gamme de parfums & cosmétiques dont les noms poétiques font voyager : « Le Printemps », « Le Mimosa », « Le Bleu de Chine », « Le Gardénia ».

Illusion d’un bijou ou d’un parfum bijou, ISABEY avec ce concept original obtient la médaille d’or de la Parfumerie durant l’Exposition Internationale des Arts Décoratifs de 1925 à Paris.

Ce succès se prolonge jusqu’en 1941, année durant laquelle la maison est contrainte à fermer ses portes sur fond de guerre mondiale.

Un tel nom ne méritait pas une fin brutale. Il revit aujourd’hui grâce aux Parfums Panouge associés au Comte Henri de Pierrefeu, et conseillé par Jean-Marie Martin-Hattemberg, Expert près la Cour d’Appel, spécialisé dans le patrimoine de la parfumerie. ISABEY retrouve enfin sa place parmi les plus grands. « Le Gardénia » dans son « Flacon Perle » est le premier à ressusciter... Les autres suivront sans se presser, car le luxe prend son temps.